• Et la dette, on en parle ?

    Au cours de cette campagne, de très nombreux sujets sont abordés : aménagement du territoire, l’aéroport, la police, l’immigration, les emplois, la santé… Mais un grand thème est mis de côté : la dette de notre canton. Pourtant, cette dette est là et pèse sur nous ! C’est ma génération, qui devra en payer le prix…. C’est l’héritage qui nous est laissé !

     

    Genève affiche la dette par habitant la plus élevée de Suisse. Selon l’office de la statistique, elle se monterait en 2016, à presque 12,5 milliards de francs. Un enfant qui naît à Genève est déjà endetté de 25'000.- puisque c’est le poids de cette dette par habitant, incluant les communes.  En 1990, elle se montait à 11'000.- par habitant.  Les causes de cette augmentation ? Elles sont multiples : crise économique, redressement de la BCGE, recapitalisation de la caisse des fonctionnaires, fonctionnement de l’administration publique (Genève est le canton le plus généreux avec sa fonction publique) et des investissements capitaux pour notre canton : CEVA, infrastructures scolaires et universitaires. Pour accompagner la croissance du canton, nous continuons d’emprunter, jour après jour.

     

    La prochaine législature se devra d’affronter cette situation avec rigueur et sérieux, et débattre sans langue de bois de cette impasse budgétaire et de cette politique de l’endettement. Les générations futures, demain, réclameront les mêmes prestations que celles allouées à crédit aux générations actuelles, et ce sera leur droit. Pour l’heure, la jeune génération et ses enfants, vont supporter le poids d’une dette publique écrasante, dans un contexte de croissance et de vieillissement démographique…

     

    Le prochain hémicycle devra dialoguer, et établir une stratégie de redressement, un catalogue de mesures, définir une vision à trente ans. Traquer les dépenses inutiles. Aborder des sujets délicats. Poursuivre ce but d’équilibre budgétaire pour notre intérêt collectif, pour assurer nos investissements futurs. Alors, de cette dette publique qui est une menace pour notre avenir, on en parle ?